Chambre normale

Le quatuor de chambres standards des Écumes Oubliées est à l’image des habitants de cette merveilleuse région qu’est la Bretagne: simple, chaleureux et accueillant. Conçues par l’architecte de la « frugalité heureuse » Philippe Madec (qui a notamment reçu, en 2018, un prix Nobel honorifique récompensant l’aspect durable de ses créations architecturales), elles ne sont élaborées que de matériaux 100% naturels issus de l’environnement et des artisanats locaux: un grand lit recouvert de tissus bretons tissés par la fabrique centenaire des Pirates de Maille et renforcé d’une structure métallique (140×200 cm) issue des ateliers du village sidérirurgique des Salles, deux fauteuils suspendus en bois de chêne taillés au millimètre par les orfèvres de la menuiserie Labbe (menuiserie dont les ateliers sont situés dans le petit village de Dol-de-Bretagne, sur la route de Saint Malo), un parquet de bois laqué aux teintes claires poli par les scieries Le Yaouanc de Ploër-sur-mer, un vaste mur côté levant incrusté de vieilles pierres extraites des sols calcaires des Côtes d’Armor, une cheminée de maître, deux fenêtres hublot, un petit balconnet donnant sur l’espace extérieur et une salle de bain abritant une baignoire oeuf percée de sublimes coquillages trouvés sur les bans de sable de la plage avoisinnante constituent l’essentiel de chacune des quatre chambres.

standard room
Les balconnets dévoilent des vues oniriques aux reflets dont les couleurs évoluent selon le moment de la journée: falaises d’ivoire noirci au charbon acérées, océan aux mille teintes de bleu et de turquoise pour les unes, arrière-pays calme et verdoyant de la Côte Sauvage pour les autres… Une montée d’escalier en colimaçon permet d’accéder aux chambres depuis le parvis de l’établissement sans avoir à repasser par le hall principal (ce qui permet un surplus bienvenue d’intimité) dans le plus pur style des vieilles demeures à longère qui possédaient pour la plupart une volée de marches similaire permettant de se faufiler jusqu’au grenier. Des ateliers établis en partenariat avec des entreprises d’artisanat local permettent d’expérimenter au plus près des pratiques ancestrales ayant donné ses lettres de noblesse à la région; ces derniers donnent en prime l’occasion d’échanger avec des personnalités de familles installées dans la région depuis plusieurs siècles pour certaines: céramiques de Kerbigot, soie des Côtes d’Armor, sessions de tissage à Kerlaz avec l’artisan Daniel Quéméner… Il est en outre possible de prendre part à l’une des sorties quotidiennes du bateau de pêche de l’hôtel
(tous les poissons et autres fruits de mer proposés au menu sont pêchés par nos équipes de marins), tendrement appelé le ​Corbeau de la Houle (en hommage au fameux navire de pêche construit dans les années 30 et trônant aujourd’hui au musée de la Résistance bretonne de Saint Marcel) afin de s’adonner à la pratique de la pêche commerciale au petit matin et ainsi découvrir un peu mieux le mode de vie de ces hommes qui semblent plus à l’aise sur les flots déchainés de l’Atlantique que sur le plancher terrestre. Ces messieurs se feront d’ailleurs un plaisir d’initier les personnes intéressées aux bases et au vocabulaire de la navigation en haute mer avant de partager avec elles, sur le chemin du retour, une pinte de cidre dont l’on se souvient. Pour les moins aventureux, l’hôtel abrite un musée regroupant des siècles de traditions costumières de la région: vêtements de cérémonie de Cornouaille, Coqs de Saint-Malo, tabliers brodés du pays vannetais, glazig… Les amateurs de tissus folkloriques trouveront dans cette collection de quoi passer de longues heures pendant que rugit dans le lointain le sempiternel tonnerre de Brest.
Les Écumes Oubliées offrent à chaque voyageur un petit-déjeuner gourmet concocté par des enfants de la région: jus de pomme artisanal, pastès doré à la perfection, galettes bretonnes recouvertes de Miel d’Armor, crêpes sucrées ou salées… Avec la bise océane, les chants des mouettes et la vision des navires de pêche rentrant au port, il est fort probable que vous ne vous sentiez soudainement une âme de breizh une fois la dernière bouchée de ce petit-déjeuner enfournée; soyez rassuré, c’est normal! L’hôtel met en effet un point d’honneur à donner à ses visiteurs l’impression d’avoir vécu sur ces terres depuis la nuit des temps! Après le petit-déjeuner, et afin de commencer la journée de la meilleure façon qui soit, pourquoi ne pas aller passer une heure (ou deux, ou trois…) dans le centre de thalassothérapie à quelques pas de là? Chaque client des Écumes Oubliées bénéficie d’importantes réductions pour accéder aux différentes activités proposées par le centre et il serait regrettable de ne pas s’y arrêter afin de profiter des meilleures cures de bien-être et de relaxation qui soit: pour ceux qui manqueraient de temps, on conseille de s’immerger quelques instants dans les bains bouillonnants à base d’eau de mer puis de goûter au massage à base d’algues (offert par la maison) avant d’aller se détoxifier dans le magnifique spa aux vitres translucides: existe-t-il plus douce sensation que d’observer la pluie tomber dehors alors que l’on se trouve enveloppé d’une brume de chaleur intense dans ce qui semble être le bout du monde?

Retourner à la maison